Grand Raid 73 : jusqu’à l’épuisement !

Bonjour à tous, samedi 21 mai 2016 avait lieu la 13ème édition du Grand Raid 73 à Cruet (Savoie, proche Chambéry) : De nombreuses galères me sont arrivées mais j’ai vu la ligne d’arrivée ! Retour sur une journée cauchemardesque …

Mon dossard ayant été récupéré le vendredi soir par mon « blabla traileur car » du weekend, Cédric H. (merci pour la route mon bouquetin du Vercors !), nous partons à 4h du matin samedi de Grenoble pour prendre le départ de la course à 5h.

Pas trop réveillé, j’oubli de prendre mes bâtons … première erreur de cette longue journée : 73km et 4800D+ sans bâtons je vais couiner !

Je n’ai avalé qu’une banane et un peu d’eau à cette heure je n’ai pas envie d’œufs au plat, bacon, saucisses…

Il y a environ 200 partants selon les syndicats, 175 selon la police. Nous allons nous retrouver un bon moment seul en forêt ce qui changera des ultras à 2000 participants où tout le monde se marche dessus à la moindre flaque de boue !

Voici un album de photos prises par le photographe traileur « Akunamatata » lors du GR73 de 2014, les conditions et le parcours étaient identiques.

Tous les clichés de cet article plus en dessous sont tirés de l’album 2009 de ce même artiste. Merci de visiter son espace Flickr qui montrent de magnifiques images de trails partout dans le monde…

AKU_6599 (Large)
Grand Raid 73
Parcours Grand Raid 73
Profil Grand Raid 73
Profil Grand Raid 73

Aujourd’hui nous ne grimpons pas au sommet du Mont Colombier (2045m) mais seulement au col de la Cochette (1694m) soit 2km de moins A/R et 400D+. Le parcours devrait faire 70km et 4100D+ environ…

GR73 - Crédit photo : Akunamatata Flickr
GR73 – Crédit photo : Akunamatata Flickr

Je pars très prudemment, tellement que je me retrouve à doubler énormément de monde dans la première montée de la Roche du Guet (1208m).

Tout va bien, je grimpe tranquillement sans souffler (pas de cardio aujourd’hui mais sensations ok). Nous basculons en direction du Roc de Tormery (1135m) où la vue vers l’agglomération de Chambéry est splendide. Encore mieux si l’on se retourne direction Chamonix, le soleil se lève au dessus du Mont Blanc !

Nous longeons une crête direction Le Sommet du Montgelas (1301m) puis redescendons sur La Thuile (877m) pour le premier ravitaillement (km 19 environ)

Il commence à faire chaud. J’ai avalé une barre de céréale et le sucré commence déjà à saturer ! Seulement deux quartiers d’orange avalés à ce buffet …

Lac de la Thuile (874m) Akunamatata
Lac de la Thuile (874m) Akunamatata

Nous repartons après une petit boucle direction Le Pic de la Sauge (1612m) où un bénévole nous a préparé une soupe maison grandiose ! J’en bois beaucoup et profite de la vue. Tout les voyants sont au vert même si le dénivelé sans les bâtons se fait déjà ressentir …

Nous enchaînons sur le Col de la Galoppaz (1479m) puis la Pointe de la Galoppaz (1681m) 

Col de la Galoppaz (Akunamatata)
Col de la Galoppaz 1479m (Akunamatata)
Pointe de la Galoppaz (credit photo : Christophe_peyre)
Pointe de la Galoppaz 1681m (credit photo : Christophe_peyre)

Nous poursvuions direction le Col de la Buffaz (1439m) avant d’arriver au deuxième ravitaillement le Chalet des Côtes gueulés (1117m) km33

S’en suit une traversée interminable pour rejoindre la station de Aillon le jeune.

Le Mont Colombier (2045m) depuis Aillon le Jeune
Le Mont Colombier (2045m) depuis Aillon le Jeune

Le 3ème ravitaillement arrive à point ! Je ne mange rien de sucré, je suis dans le dur :

Une bonne soupe de vermicelles et je repars pour l’ascension du Col de la Cochette 1694m.

Au début de la montée, je croise Jean Mi T. un pote stéphanois qui, quand il ne cours pas (rarement), se rend sur les courses de la région pour voir souffrir les copains !

Je suis avec un traileur de Cherbourg qui me suit et souffre un peu dans le début de la montée : J’ai repris la pèche en voyant JM mais en papotant nous bifurquons sur le Rocher de la Bade (1850m) au lieu de longer par la gauche direction le chalet des fontaines …

Nous avons loupé la rubalise. Nous continuons je pense 5 à 10′ sans nous en apercevoir jusqu’à un croisement à 1300m. Pas de balisage, nous avons le choix entre rocher de la Bade, Col de la cochette par la droite ou demi-tour.

Jean-mi choisi de commencer par le col de la cochette, j’opte par le rocher de la Bade sans penser du tout à faire demi-tour !

Ludovic (traileur de Cherbourg) me suit. Au bout d’un moment, Jean-Mi plus en dessous crie de ne pas prendre son chemin … ok, nous continuons le notre ! Sauf que l’animal voulait dire de faire demi-tour et redescendre !

Nous grimpons encore 5′ pas de rubalise … Ludovic charge le fond de carte de son GPS Garmin Vivoactive :  Il a la trace GPS. Nous sommes à 390m d’écart !

Ok nous décidons de couper pour retrouver le chemin en suivant les indicateurs de la montre de Ludovic. Pourquoi couper et ne pas revenir en arrière ? Franchement, je n’en sais toujours rien !

Nous tombons sur des broussailles, nous faisons des glissades (Ludovic kiffe mais pas moi, saoulé !) nous cherchons le chemin, nous nous en approchons mais il faut descendre en tout 200 à 250m de dénivelé négatif.

Sur une glissade dans une sorte de fossé rempli de feuilles, je m’entaille la main gauche et me défonce le dos contre une pierre …

J’en ai plus que marre et je me dis que dès que nous retrouverons le chemin je ferais demi-tour direction la station des Aillons !

Nous y voila, après un détour de 2km et 300D+ Le chemin est là devant nous ! Ludovic enchaîne bon pas pour revenir sur un groupe.  Je tente de le suivre explosé me disant que je stopperais après la descente du col de la Cochette. Il s’éloigne et je souffre …

La montée est laborieuse, tout comme la descente qui s’en suit !

Au Col de la Fullie 1338m (km 48 environ) il n’y a personne pour me ramener il faut attendre la fin de la course ou parcourir encore 5 ou 6km jusqu’au Mont Pelat (1543m).

Cette traversée me défonce complètement j’ai mal au dos, je ne pense qu’à abandonner mais en même temps il restera seulement 15km.

Arrivé au Mont Pelat, il y a une kiné qui me masse le dos environ 10′ !  Cet endroit est béni des dieux ! Elle me détend les muscles bloqués comme elle peut, je suis dans un autre monde et je repars pour finir dans le mal en alternant marche et course mais en sachant que j’aurais droit à mon opinel de finisher !

Je termine 79/150 en un peu plus de 13h04, même ma montre a lâché à 2km de la fin … misère !

GrandRaid73kmScratch

Cédric est là depuis 2h et une belle 30ème place en 11h02 ! Félicitations.

Nous rentrons le plus vite possible pour oublier cette course. Ce qui ne tue pas rend plus fort comme on dit 😉

 

Advertisements

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. François dit :

    Tu es fort de toute façon 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s